ATELIERS GRAPHO TY-POUCE

ATELIERS GRAPHO TY-POUCE

Le Cabinet de Graphothérapie présente les

ATELIERS GRAPHO Ty-Pouce

Pour qu’écrire rime avec plaisir !

Vu le nombre impressionnant d’enfants en difficulté avec l’écriture, et le délai bien trop long que j’ai actuellement pour les prendre en charge individuellement, je vous propose d’intégrer l’un de mes Ateliers Ty-Pouce

Chaque Atelier se compose d’un regroupement de 5 à 8 enfants du même niveau scolaire accompagné chacun d’un parent. 

Le parcours en groupe sera composé de 6 sessions se tenant au Lieu des Possibles 23 Bis Rue François Cordon 29200 Brest.https://www.facebook.com/EspaceAnneABIVEN/

Programme :

Les trois premières sessions dureront 90 minutes afin de bien mettre en place la prise en charge. 

  1. Tenue de crayon – Atelier préparatoire à l’écriture.
  2. Posture – inclinaison de la feuille – Pouce / Poignet / Epaule.
  3. Premiers tracés graphiques : boucles et étrécis, premiers mots.

Les trois suivantes dureront 60 minutes. 

  1. Tracés des lettres : Ductus.
  2. Les lettres rondes.
  3. Stratégie de copie.

Tarif

Bien entendu, mes interventions, bien que collectives, seront autant que possible individualisées sur ces temps de rencontre. Chaque session mensuelle coute non pas 65 € pour 1 heure (tarif de consultation individuelle) mais 45 € pour 1 heure 15 minutes en moyenne.

Présence d’un parent accompagnateur

Comme pour les consultations individuelles,le parent accompagnateur jouera un rôle prépondérant dans la rééducation de l’écriture de son enfant. Il aura notamment la responsabilité de l’entrainement quotidien, en suivant les consignes qui seront prescrites à la fin de chaque session mensuelle.

Et après ?

Si à la fin des 6 sessions certains parents ressentent le besoin de poursuivre la rééducation de leur enfant en séance individuelle, je m’engage à leur trouver un créneau pour le prendre en charge. Dans la plupart des cas, 6 sessions suffisent, mais parfois il est nécessaire de poursuivre le travail avec deux ou trois séances supplémentaires.

Des ateliers ludiques

Ces Ateliers se veulent aussi ludiques qu’efficaces. Chaque binôme parent-enfant repartira donc avec du matériel pédagogique et une fiche d’entraînement. 

Contact par mail

Si vous souhaitez intégrer avec votre enfant un Atelier Ty-Pouce pour un parcours de 6 sessions, n’hésitez pas à m’adresser un mail en précisant :

  • Les nom et prénom de l’enfant
  • Son âge
  • Sa classe
  • S’il est droitier ou gaucher 
  • Remarques particulières

Dates de sessions

Voici les dates des premiers ateliers Tenue de crayon – Atelier préparatoire à l’écriture sur lesquelles il vous sera demandé de vous engager pour la réussite de la rééducation de l’écriture de votre enfant :

– Samedi 25 juin, de 10h00 à 11h30.

ou

– Mercredi 28 septembre, de 9h00 à 10h30.

ou

– Samedi 8 octobre, de 9h00 à 10h30.

N’hésitez pas à me contacter !

A bientôt.

Pour qu’écrire rime avec plaisir !

https://www.bougetaplume.fr
COMMENT AMÉLIORER LA MOTRICITÉ FINE DE VOTRE ENFANT ?

COMMENT AMÉLIORER LA MOTRICITÉ FINE DE VOTRE ENFANT ?

Pour Maria Montessori, la main est « l’outil éducatif le plus important » chez les enfants. En effet, elle considère que la main est « l’organe exécutif de l’intelligence ».

Grâce à ses mains, l’enfant peut explorer, toucher, sentir et ressentir son environnement. Il fait ses propres expériences sensorielles et ainsi développer son autonomie.

Définition

La motricité est l’ensemble des fonctions permettent le contrôle de ses mouvements.

La motricité fine correspond aux gestes précis et coordonnés qui sollicitent les petits muscles et notamment ceux de la main et des doigts. En effet, écrire, dessiner, utiliser des ciseaux, saisir un objet, le lancer, boutonner un vêtement, etc. contribuent à son développement.

Le réflexe d’agrippement pour améliorer la motricité fine.

Comment stimuler la motricité fine ?

La motricité fine est stimulée au quotidien au moyen d’activités spécifiques pratiquées à l’école maternelle ou à la maison : découpage, coloriage, peinture, jeux de construction, exercices avec les mains, etc.

Les jeux de manipulation pour améliorer la motricité fine.

Quelques exercices de motricité fine à faire à la maison :

L’enfant doit apprendre à utiliser les muscles de ses doigts en faisant les tâches suivantes :

Au quotidien, l’enfant peut réaliser des tâches de soins personnels : se brosser les dents, s’habiller, manger, attacher ses lacets, se brosser les cheveux.

De plus, jouer, saisir des objets, construire des tours de blocs, faire des puzzles, habiller des poupées… sont autant d’activités qui peuvent l’aider à délier ses doigts.

Ensuite, effectuer des tâches courante comme tourner les poignées de porte, jouer un instrument de musique, éteindre et allumer les lumières… également.

Les allumettes

L’enfant se muscle les doigts en réalisant des créations libres avec les allumettes.

Couronne allumettes

Quelques activités artistiques créatives, ludiques et manuelles :

Les Box Pandacraft, l’atelier imaginaire et Créabul sont autant d’ activités ludiques et créatives qui ne peuvent plaire qu’aux enfants..

https://www.pandacraft.fr/?utm_source=affilae&utm_medium=affiliation&utm_campaign=sanya#ae99

https://atelierimaginaire.com/#ae30

https://www.creabul.fr/#ae908

L’incontournable pâte à modeler

Faisant généralement l’unanimité auprès des enfants, la pâte à modeler est l’un des meilleurs outils pour renforcer la motricité fine d’un enfant. En effet, la rouler, l’attraper ou la tordre renforcent les petits muscles des doigts. 

Le tricot

Le tricot avec les doigts est également une excellente activité non seulement pour développer la motricité fine mais surtout pour calmer et ou se recentrer.

https://www.garnstudio.com/video.php?id=222&lang=fr

Les laçages pour améliorer la motricité fine.

Les mandalas

Les mandalas aideront non seulement votre enfant à travailler les muscles de ses doigts, ils l’aideront également à développer des compétences telles que la concentration. 

Si ce sujet vous intéresse, je vous conseille de lire mon article consacré au coloriage et dans lequel je donne quelques pistes de découvertes.

Les Mandalas pour améliorer la motricité fine.

Les élastiques

La motricité fine, le repérage spatial, la latéralisation peuvent être effectués  en jouant des élastiques.

Le Géoboard en Bois

Le Géoboard en Bois avec Cartes de Motifs D’activité et Rubber Band est un excellent jeu pour développer la motricité fine.

Les ficelles

L’art de la ficelle permet de réaliser de superbes objets déco minimalistes et très modernes à partir d’une planche, de quelques clous et d’une ficelle.

https://www.maisoncreative.com/diy/objets/string-art-2-tutos-faciles-pour-la-fete-des-meres-9822

Les Jeux de ficelle peuvent offrir de très bons moments de détente et de plaisir tout en musclant et déliant les doigts.

Les ficelles pour améliorer la motricité fine.

http://association-internationale-du-jeu-de-ficelle.e-monsite.com/blog/mars-96/mars-1996-1.html

Les massages

Après la gym des doigts, rien que tel qu’un bon massage relaxant des mains.

Les massages pour détendre.

Les massages des mains peuvent être réalisés avec de nombreux types de balles tels que Masseur ROLL ON, Balle à picots, Boule de Massage magnétique, Gant de massage corporel durable avec 9 boules de métal, Boule de réaction hexagonale en Gel de silice, Bille de massage de cryothérapie, Dispositif d’acupression portable…

LE COLORIAGE

LE COLORIAGE

Le coloriage est l’un des passe-temps préférés des enfants. Cette activité en apparence anodine est certes une activité simple et amusante, mais c’est surtout un excellent outil pédagogique. En effet, le coloriage prépare les enfants d’âge préscolaire à l’école, mais aide aussi les enfants à se développer autant sur le plan cognitif, psychologique que créatif. Le coloriage stimule leur imagination et leur donne l’occasion de s’exprimer. De plus, le coloriage développe le cerveau de l’enfant car cette activité en monopolise deux aspects : le rationnel, la logique (hémisphère gauche) et l’émotionnel, la créativité (hémisphère droit).

Le coloriage.

Les bienfaits du coloriage sont donc fort nombreux.

Je vous conseille de lire l’article de Mme Armelle Bérard Bergery relatant son entretien avec Liliane Holstein, psychanalyste spécialisée dans les thérapies brèves, sur les bienfaits que les enfants peuvent retirer du coloriage et du dessin.

Liliane Holstein, psychanalyste : 

« Le dessin et le coloriage ne sont pas seulement une affaire de motricité fine ».

Le coloriage améliore la motricité.

Le coloriage peut améliorer la motricité chez les jeunes enfants. Les actions motrices peuvent aider dans le développement des muscles de ses doigts, de ses mains et de ses poignets. Tout en coloriant et en manipulant le crayon, les enfants acquièrent des habiletés motrices, de la force et de la dextérité.

Le coloriage pour améliorer la motricité fine et notamment la tenue de crayon.

Le coloriage prépare à l’entrée à l’école.

La manipulation de feuilles, de pages de différentes tailles et de livres de coloriage sont autant d’outils pour préparer les petits enfants à l’univers de l’école et au travail structuré sur papier qui leur sera demandé en classe. L’enfant sera habitué à manipuler une feuille, une page ou même un livre.

Le coloriage stimule la créativité.

Excellent moyen d’expression, le coloriage stimule la créativité et donne à l’enfant l’occasion d’exprimer son côté créatif, de révéler sa personnalité. En effet, le coloriage attise l’imagination et inspire les enfants à réfléchir. Avant de dessiner et de colorier, l’enfant se crée un monde imaginaire qu’il va planifier et structurer au fur et à mesure. Puis, il va décider des couleurs qu’il souhaite utiliser dans son image et de l’ordre dans lequel il va colorier les choses de l’image. Le coloriage va donc favoriser l’appréciation des différences visuelles.

Tout en coloriant, l’enfant développe la dextérité, la force de la main et l’attention : des capacités indispensables pour écrire.

Le coloriage pour stimuler la créativité et l’imagination.

Le coloriage sensibilise l’enfant aux couleurs, à la reconnaissance et au discernement.

Le coloriage encourage l’apprentissage de la couleur. En effet, avec le coloriage, l’enfant découvre la palette des couleurs soit à l’aide des crayons de couleur, de peintures, de craies, de crayons cire, de crayons Rocks, de marqueurs … le coloriage favorise la pratique et la connaissance des couleurs primaires et communes. Tout en coloriant, l’enfant se sensibilise aux noms et aux teintes de couleurs, découvrent les nuances des couleurs, explorent les mélanges.

Le coloriage aide à l’amélioration de la coordination des yeux et des mains et à la structuration et la sensibilisation spatiale.

Rester à l’intérieur des lignes, maîtriser les formes, découvrir la perspective demandent à l’enfant une habileté considérable et de l’attention. Le fait de tenir un crayon, le choix des couleurs, colorier dans un espace délimité et même tailler ses crayons sont autant d’actions qui peuvent aider à développer une bonne coordination main-œil. Si au départ, l’enfant éprouvera des difficultés à respecter les formes, les délimitations, les lignes, au fur et à mesure, il va gagner en habileté, en maîtrise, en dextérité. 

Rester entre les formes pour améliorer la coordination yeux-mains.

Regarder, faire et coordonner, mais aussi gérer un espace, se repérer sur une feuille de papier, connaître la notion de limitesont donc autant de compétences que le coloriage développe.

Le coloriage améliore la concentration, la confiance et l’estime de soi.

Véritable source de bonheur et de satisfaction pour l’enfant, le coloriage améliore la concentration, la confiance et l’estime de soi car il met l’enfant face à sa propre réalisation, sa propre création. Le coloriage permet donc à l’enfant de renforcer le sentiment d’accomplissement et de fierté.

Au cabinet de graphothérapie / pédagogie, j’utilise le mandala, ce fameux dessin circulaire orné de formes géométriques, pour travailler la gestion des appuis et surtout le mouvement du pouce. Je demande à l’enfant de choisir un crayon de sa couleur préférée et de varier les appuis. Plus le format est petit, plus il fait travailler le pouce. Ainsi la difficulté est d’autant plus grande.

Le coloriage de mandalas favorise également la concentration. 

Je vous conseille le site passionnant de Claudette JACQUES, auteure, artiste, enseignante du mandala et son article sur les 12 bienfaits du coloriage des mandalas !

Le coloriage comme thérapie face au Stress.

Le coloriage est aussi une activité apaisante et thérapeutique pour les enfants comme pour les adultes d’ailleurs. Grâce à la concentration demandée, il permet notamment de se débarrasser des émotions désagréables, d’oublier les frustrations et autres évènements stressant, d’alléger les tracas quotidiens … mais aussi de calmer les angoisses.

Le coloriage permet donc de s’évader !

Les livres d’Art-thérapie.

Conseil divers :

Livre à télecharger :

Leen Margot, enseignante depuis 20 ans, partage ses recherches, ses idées et autres illustrations sur son site.

Outre de très jolies affiches de porte pour les classes et des dessins pour adultes, Leen Margot offre aux enfants un livre à télécharger gratuitement en version classique et en deux versions pour les enfants dyslexiques. Ce livre est constitué d’un texte associé à chaque dessin à colorier.Merci à l’auteure pour cette belle initiative.

Les gribouillis :

Je vous conseille les ouvrages de l’auteur et illustrateur de livres jeunesse Hervé Tullet : « Un livre » (Prix Sorcières 2011) a renouvelé profondément l’album, bientôt suivi de « Couleurs», « On joue ? », « Oh ! Un livre qui fait des sons », « Sans titre », « Atelier dessins », « Un jeu », « Coucou c’est moi, Turlututu ! », « Livre de coloriages », « J’ai une idée ! » ou encore son «A toi de gribouiller». 

Son site fourmille d’idées créatrices et ses vidéos You tube sont fort rafraîchissantes ! A visionner sans tarder.

Vidéo de Hervé Tullet.

Bouge ta plume :

Pour conclure, colorier, gribouiller et dessiner procurent aux enfants, comme aux adultes d’ailleurs, autant d’activités pédagogiques, ludiques et qu’amusantes. Mais ce loisir renforce en premier lieu la précision de ses gestes (la motricité fine) et facilite leur concentration. Mais surtout, il développe leur estime de soi, leur confiance en eux et leur procure un sentiment d’accomplissement.

Excellent loisir créateur aux multiples bienfaits, n’hésitez plus prenez ou donner des crayons de couleurs à vos enfants !

Les bienfaits du coloriage


#graphotherapie
#reeducation#ecriture#motricite#graphotherapeute

Le pouce moteur de l’écriture.

Le pouce moteur de l’écriture.

Au cours des bilans graphomoteurs effectués au cabinet, je constate que de plus en plus nombreux sont les enfants à avoir des difficultés à mouvoir leur pouce. Pourtant, les mouvements d’abduction et d’adduction permettent au pouce de réaliser l’opposition, mouvement de pince essentiel à la préhension.

Mouvements de préhension ou d’opposition du pouce

L’incroyable pouvoir du pouce.

La main est l’organe qui s’est développé le plus au cours de l’évolution de l’être humain. Pollex, en latin, en est le premier doigt. Notre pouce, alors que nos autres doigts en comptent trois, se compose de deux phalanges qui s’articulent avec le premier métacarpien. Il est plus long et plus fort que celui de nos cousins les primates disposant également d’un pouce opposable aux autres doigts.

Les mouvements de flexion et d’extension du pouce sont assurés par des muscles intrinsèques et extrinsèques qui se situent dans la main et permettent leurs mouvements précis. Les muscles intrinsèques sont le court abducteur, l’adducteur et le court fléchisseur. Les muscles extrinsèques sont le long et court extenseur du pouce dans l’avant-bras.

Et c’est la mobilité de l’articulation métacarpo-phalangienne du pouce et sa capacité à se placer en opposition aux autres doigts, soit pulpe contre pulpe, qui permettent à la main la préhension.

Et l’écriture alors…

L’écriture est réalisée par un mouvement des doigts. Le crayon est tenu entre le pouce et le majeur. C’est la flexion du pouce qui va permettre d’effectuer les mouvements de haut en bas du crayon sur la feuille.

Mauvaise tenue du crayon

Combinés au mouvement latéral du bras, ces mouvements de haut en bas vont permettre de tracer toutes les formes de base de la cursive. Le pouce est donc le moteur de l’écriture.

Mais chez les enfants dont la motricité des doigts n’est pas suffisamment développée, c’est le poignet qui est utilisé pour écrire. Le tracé des lettres est alors plus grand et moins précis. Le mouvement est également plus lent et des douleurs voire des tensions musculaires peuvent remonter dans le bras et jusque dans l’épaule. Le poignet offre donc un contrôle de la trajectoire du crayon moins efficace. 

De plus, une mauvaise tenue engendre une crispation musculaire qui entrave l’écriture et fatigue l’enfant. La mobilité du pouce permet donc à la main d’écrire plus facilement et de gagner non seulement en précision mais aussi en vitesse.

Le réflexe d’agrippement

Le réflexe d’agrippement ou grasping est visible chez un bébé lorsque vous introduisez à la base de ses doigts, face palmaire, un doigt ou un objet et que l’enfant l’agrippe de tous ses doigts. Vous pouviez alors soulever l’enfant juste à la force de son agrippement bilatéral. 

Ce réflexe influence l’évolution de l’ensemble de la coordination motrice globale de la main, de l’agrippement et du maintien d’objets, de la manipulation d’objets plus gros et, plus tard, de la coordination motrice fine des doigts pour l’écriture, le dessin, la musique, la broderie, etc.

Un réflexe de grasping non intégré va affecter les compétences de graphie (écriture), de préhension (attraper) et de manipulation. Souvent l’enfant aura des tensions ou de la lenteur à l’écriture. Ces tensions (non consciente) peuvent faire qu’il rejette les activités d’écriture ou de dessin. 

En effet, pour reprendre l’image donnée par Célia Cheynel, un réflexe primordial mal intégré, est comme un petit caillou dans la chaussure… On a beau savoir marcher, on ne le fait pas gracieusement lorsqu’il est présent. Il devient même gênant au point qu’on finit par ne plus vouloir marcher… 

Quelques activités ludiques

Pour y remédier, et afin de tonifier les muscles des doigts, on peut proposer à l’enfant de petites activités de motricité fine qu’il lui suffit de faire quotidiennement comme la pate à modeler (boule ou boudin à faire sur la table), le froissage de papier, les jeux de billes, d’osselets, les scoubidous ou les jeux de ficelles, le massage des mains, la poterie… soit toutes les activités qui mettent en jeu la paume de la main pour permettre l’intégration du réflexe de Grasping.

Froissage de papier, jeux de billes, d’osselets, scoubidous, jeux de ficelles, massage des mains, poterie toutes les activités sont bonnes pour faire travailler le pouce !

Voir : https://www.bougetaplume.fr/affichette-reflexe-de-grasping.php

Sans oublier … le Gribouillage qui permet outre le plaisir, l’essai de plusieurs outils scripteurs (feutres, crayons de couleurs, craies grasses…) et le relâchement de bien mettre en mouvement le bras et l’avant-bras, de faire glisser la main sur la feuille.

Je vous conseille outres les ouvrages de Hervé Tullet, son blog truffé d’idées colorées et enjouées : https://www.herve-tullet.com

… et le coloriage aux nombreux bienfaits sur lesquels nous reviendrons ultérieurement dans un autre article.